Site Officiel de la Mairie de Vimoutiers
anglais allemand néerlandais italien espagnol
accueil contact newsletter Vimoutiers, Pays d'auge
formulaires administratifs carte interactive

L'orgue Cavaillé-Coll chante depuis bientôt 120 ans

Construit en 1897, inauguré en 1900, classé Monument Historique en 2012, l’orgue Cavaillé-Coll de l’église Notre-Dame s’essouffle et a besoin d’une cure de jouvence. La municipalité de Vimoutiers et l’association pour la sauvegarde de l’orgue y travaillent depuis de longs mois.

Un maître d’œuvre, Thierry Semenoux, a été désigné pour dresser l’état des lieux concernant l’orgue. Installations techniques, tuyauterie, soufflerie, claviers, tuyaux, buffets, des milliers de petites et grosses pièces assemblées qu’il faudra démonter, restaurer à l’identique, puis remettre en place avant de redonner un nouveau souffle à l’instrument.

Ces travaux devront être effectués par un spécialiste des orgues Cavaillé-Coll. Il en existe plusieurs en France, experts dans les techniques et les matériaux utilisés au XIXème siècle par ce facteur d’orgue, précurseur dans de nombreux domaines techniques.

Mais qui est donc Aristide Cavaillé-Coll ? Faisons connaissance avec cet inventeur génial…

Aristide Cavaillé-Coll

Il nait à Montpellier, dans une famille de facteurs d'orgues, les Cavaillé-Coll.
Jean-Pierre Cavaillé (1743-1808) fut le premier facteur d'orgue de la famille, il épousa Maria Coll en 1767. Leur fils Dominique-Hycinthe Cavaillé-Coll épousa Jeanne Autard, en 1810 alors que le fils aîné du couple, Vincent, était né le 8 octobre 1808.
Aristide est leur deuxième fils. C'est tout naturellement et très tôt qu'il fait son apprentissage dans cette profession associé à son père et à son frère aîné. La famille vit alors à Toulouse.
En 1830, Aristide, qui poursuit des études de mathématiques, invente, en collaboration avec son frère et son père, un instrument à clavier et à anches libres baptisé " poïkilorgue " ou orgue varié expressif, qui est remarqué par Rossini lors de la représentation de son opéra Robert le Diable à Toulouse. Celui-ci les incite à venir à Paris.
En 1833, la famille s'installe à Paris à la demande de Rossini qui a besoin d'un petit orgue pour la représentation d'un opéra. Aristide Cavaillé-Coll se fait connaître en remportant le concours ouvert pour la construction d'un grand orgue à l'abbaye royale de Saint-Denis. Cet instrument colossal comporte, en germe, tout le génie du jeune facteur :
• emploi de machines Barker afin de soulager le jeu de l'organiste,
• jeux harmoniques,
• récit expressif, pressions multiples,
• plans sonores pensés non plus en opposition mais par masses venant composer un tutti puissant.
C’est une brillante réussite. Cet orgue novateur terminé en 1841, marque le point de départ d'une éblouissante carrière.

Cavaillé-Coll : un nom inscrit sur près de 500 orgues

Avec l'aide de son père et de son frère, il construit par la suite les orgues de nombreuses églises à Paris comme en province. Après Saint-Denis, les plus prestigieuses paroisses de la capitale font appel à son talent. Il réalise ou modifie ainsi les instruments de nombreuses églises à Paris (Notre-Dame de Lorette, Saint-Roch, la Madeleine, Saint-Thomas d'Aquin, Panthéon, cathédrale Notre-Dame, Exposition universelle, palais du Trocadéro…) et en province (Amiens, Bayeux, Honfleur, Le Lion d’Angers, Lisieux, Lorient, Lyon, Marseille, Nancy, Nîmes, Orléans, Rennes, Rouen, Trouville, Versailles…)
L’orgue de l’église Notre-Dame de Vimoutiers sera commencé par Aristide Cavaillé-Coll en 1897 et terminé par Charles Mutin. Il sera inauguré en 1900.
Il réalise également de nombreux orgues à l'étranger (Bruxelles en Belgique, Saint-Sébastien en Espagne, Amsterdam aux Pays-Bas, Farnborough au Royaume-Uni…)
D'autres pays, encore, feront appel à son talent si bien que sa production avoisine les 500 instruments, toutes tailles confondues.
La petite histoire attribue à Aristide l'invention de la scie circulaire, qu'il ne fait cependant qu'améliorer !
En 1892, le déclin de la Manufacture Cavaillé-Coll qui s’était amorcé du fait de la diminution des commandes, s’accélère et entraîne l'entreprise à la faillite. Miné par la maladie et les soucis financiers, Aristide Cavaillé-Coll cède son entreprise à Charles Mutin le 15 mars 1898. Atteint d’une cécité galopante, il meurt l'année suivante, le 13 octobre 1899, à Paris. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse.

L’orgue de Vimoutiers en quelques chiffres

3 claviers (récit, positif, grand orgue) – 56 notes par clavier- 30 notes au pédalier
35 jeux en registration par tirettes + 4 jeux au pédalier – 16 pédales de combinaisons
1664 tuyaux en bois et en métal (alliage étain et plomb pour la plupart) de quelques centimètres à 4 mètres de hauteur.
Implantation en 2 buffets, pour laisser apparente la rosace de la façade de l’église. On doit ces buffets au Maitre ébéniste ANDRÉ d’Angers. Ils sont également classés au registre des monuments historiques

Il est dans son état originel, tel que fabriqué par Aristide CAVAILLÉ-COLL.
Il a subit 3 relevages complets (1914, 1933, 1949 plus un ½ en 1972).
Cet orgue a été financé en 1898 par la famille LANIEL, industriels à Vimoutiers, produisant la fameuse toile de lin dite ‘’ Cretonne ‘’. Le devis initial était de 41.500 francs.

Hôtel de ville
Place de Mackau
61120 VIMOUTIERS
Tél : 02 33 39 80 60
Fax: 02 33 36 51 43
La Mairie vous accueille du lundi au vendredi de 09h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00
Conception et hébergement ehoui